Rejoignez Sud Education ou Sud Recherche EPST !

Accueil > Infos UPS et ailleurs > Faites ce que je dis, pas ce que je fais !

Faites ce que je dis, pas ce que je fais !

mercredi 21 juin 2017

Dans un message électronique consternant, en date du 14 juin et en réponse au communiqué intersyndical en date du 12 juin, le président de l’UPS pose la question :

> Mais, utilisant une liste de diffusion générale mise à votre disposition, conformément > à la loi, ne détenez-vous pas cette liberté que vous me refuseriez ?

Cette tentative de mettre à égalité les messages que les syndicats ont désormais la possibilité d’adresser aux personnels par le biais de listes de diffusions avec les messages que le président de l’université peut envoyer au titre de sa fonction est aussi trompeuse qu’indigne. Il va de soi que le président de l’université ait la possibilité s’adresser à l’ensemble des personnels et laisser entendre que les syndicats puisent penser autrement renvoie une image fausse et dégradante des syndicats.

Nous nous contenterons de rappeler les deux faits à l’origine du communiqué intersyndical.

Le premier est une décision en date du 20 avril (Décision n°2017-JPV-436) de la présidence de l’université : "Jusqu’au 18 juin 2017, la distribution de tracts, de tout document ou affiches de propagande dans le cadre des élections présidentielles et législatives, qu’elle soit le fait d’un usager, d’un personnel de l’établissement ou d’une personne extérieure, est interdite.". Nous nous inquiétions de cette entorse à la liberté d’expression telle que la défendent le code de l’éducation et le règlement intérieur de l’université. L’interdiction posée par la présidence est d’une disproportion totale ; pour tout dire, elle n’est proportionnée à rien puisque nous n’avons eu connaissance d’aucun fait pouvant alimenter le spectre de "troubles à l’ordre public".

Le second est la diffusion par cette même présidence, début mai, d’un document "Manifeste - élection présidentielle, deuxième tour 7 mai 2017" appelant à voter en termes à peine voilés pour E. Macron. Que la présidence de l’université puisse s’arroger le droit de faire ce qu’elle interdit à ses personnels nous semble d’une extrême gravité.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.