Solidaires-UPS

Rejoignez Sud Education ou Sud Recherche EPST !

Accueil > Infos UPS et ailleurs > Rencontre d’une intersyndicale avec la présidence de l’UT3

Rencontre d’une intersyndicale avec la présidence de l’UT3

mardi 19 avril 2016

Suite à l’AG des personnels du 8 mars, une intersyndicale avait été mandatée auprès de la présidence de l’UT3 afin de demander la non application du RIFSEEP à l’UT3. Une rencontre a eu lieu lundi 18 avril et divers points ont été abordés ; compte-rendu :

Communiqué des syndicats CGT – FO – FSU – SUD – UNSA de l’UPS

Non au RIFSEEP !

Rappelons que le RIFSEEP (Régime Indemnitaire tenant compte des Fonctions, des Sujétions, de l’Expertise et de l’Engagement Professionnel) désigne une nouvelle manière de répartir les primes qui, reposant sur une déconnexion du grade et de l’emploi, contribuerait à une individualisation accrue des carrières et des salaires.

Moratoire à l’UPS

L’assemblée, très massive, des personnels du 8 mars avait mandaté les syndicats opposés à cette réforme (CGT, FO, FSU, SUD) auprès de la présidence de l’université Paul Sabatier pour lui demander de ne pas mettre en application ce nouveau régime.
Ce lundi 18 avril, lors d’une rencontre avec des représentants syndicaux, M le Président Vinel s’est engagé à ne pas mettre en œuvre le RIFSEEP « dans l’immédiat », c’est-à-dire ni à la rentrée 2016 ni en 2017.

Continuons la lutte !

Si nous nous réjouissons de ce moratoire, il ne peut suffire ! Nous maintenons l’exigence de l’abandon de cette réforme et l’intégration de toutes les primes dans les salaires avec une revalorisation des grilles indiciaires.
La mobilisation porte ses fruits, le ministère commence à reculer, nous nous opposerons à ce projet jusqu’à son abandon.

Signez la pétition en ligne : http://www.universite-democratique.org/rifseep/

Réorganisation à la FSI

Lors de l’audience du 18 avril, les syndicats CGT FO FSU SUD et UNSA de l’UPS ont
fait part de la grande inquiétude des personnels devant la réorganisation en nouvelles plateformes que la direction de la FSI voulait mettre en place, dans une précipitation et un manque de concertation incroyables.

Le président, qui venait de recevoir une délégation d’une vingtaine d’agents administratifs de la FSI à ce sujet, a garanti qu’il avait pris la décision de geler immédiatement ce dispositif. Il a reconnu qu’il y avait problème à la FSI depuis sa création ; le CHSCT a mis en place un groupe de travail sur la question, « rien ne sera fait dans l’urgence », a garanti le Président.

Sur ce point aussi, restons vigilants !

Gel de postes

Début février, à l’initiative du rectorat et pour cause de déficit budgétaire, la décision de geler 34 postes (18 EC et 16 BIATSS) avait été annoncée. Depuis (fin mars), la direction de l’UPS a annoncé le "dégel" des 18 postes d’enseignants-chercheurs (ils seront mis au concours comme prévu initialement). L’intersyndicale a fait part de son inquiétude concernant les postes BIATSS, qui restent les seuls à faire les frais de l’austérité budgétaire (et alors que le nombre de postes BIATSS à l’UPS est inférieur à la moyenne nationale). Le Président a répondu que 2 postes avaient pu être sauvés jusqu’à présent ; pour les 14 postes toujours non publiés, il a déclaré que les discussions étaient encore en cours avec le Rectorat et s’est engagé à faire de son mieux pour qu’ils soient rouverts. A suivre !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.